25 octobre 2020

While You Were Sleeping

On ne réussit pas forcément une recette avec tous les bons ingrédients, mais, quand on réussit, on ne peut que dévorer le résultat. Je viens donc de dévorer les 16+ heures de While You Were Sleeping.
Les ingrédients ?
Du fantastique (des rêves qui permettent de voir le futur entre des gens dont le destin est lié), le temps (les rêves sont un reflet exact du futur), de la romance (en bonne dose), du suspens et du polar (en bonne dose), des vrais bons sentiments avec le questionnement sur les choix, le pardon, la mémoire...

Lee Jong-suk (W, Pinocchio, Romance is a bonus book...) est Lui1, le procureur.
Jung Hae-In (Something in the rain, One Spring Night, Tune in for love...) est Lui2, le policier.
Qui pourrait choisir entre les deux ? D'ailleurs, il n'y a pas là de véritable triangle amoureux : les deux sont aussi bons et honnêtes l'un que l'autre et ne se disputeraient pas pour une femme.
Elle (Bae Suzy) est journaliste. Elle fait des rêves prémonitoires, mais, adolescente, ne parvient pas à sauver son père de la mort. Quoiqu'elle s'en veuille et parce qu'elle a pu le prévenir, en mourant, son père sauvera plusieurs vies...
Je ne m'étendrais pas sur l'intrigue, juste, pour compléter le trio des gentil.les (Procureur, Policier et Journaliste), le méchant sera bien sûr l'Avocat, qui a défendu de vilains criminels.

Alors... c'est clairement bourré de bons sentiments. Mais je n'en ai pas fait une overdose. Est-ce que parce que notre époque n'est pas assez enjouée pour qu'on s'en prive ou est-ce que parce que l'intrigue fonctionne ? Je penche pour la deuxième réponse. L'intrigue marche. La morale est bonne. Les persos sont attachants.
Donc un gros coup de cœur dans le genre simple et efficace.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire