12 août 2020

De la colère

A moins que j'ai grave loupé quelque chose, la vie n'est pas un long chemin paisible parsemé de pétales de fleurs odorants.
Du coup, y'a des fois où on est mal, en colère, déprimé.e, révolté.e... et, parfois, on l'est tellement que ça déborde de partout. Et on aimerait que l'Autre, à défaut de nous comprendre, nous dise qu'iel ne sait pas ce qu'on ressent, mais qu'iel se sent solidaire.
Parfois, c'est un énervement perso, lié à notre histoire propre, et, parfois, c'est lié à des choses plus globales, comme la nième remarque sexiste, raciste, homophobe, transphobe...
Quand t'es bien énervé.e, t'as envie de sentir du soutien, de l'empathie... pas d'entendre Duduche t'expliquer que tu dessers ta cause car tu es trop extrême.
Duduche, c'est pas un mauvais bougre, mais il en tient une bonne, quand même. Parfois, il t'explique que, lui, il ne s'est jamais disputé avec sa femme. Il est pour la paix, toussa. A chaque fois, tu t'es mordu les lèvres pour ne pas lui rétorquer qu'il ne s'est jamais disputé avec sa femme parce que... il ne l'a jamais écoutée !
Si vos émotions sont plates sur l'encéphalogramme, c'est que vous êtes... mort.e !
Une vie sans dispute, sans s'énerver, sans passion, sans agitation... elle a un coût : celui de la fuite et du déni.
-- Sybille, t'es trop extrême, y'a des gens, tu sais, ils sont super calmes et, pourtant, ils ressentent des émotions et ils se révoltent face aux injustices et...
-- Je sais. Moi, j'ai une Ferrari dans mon garage, mais je ne la sors pas pour ne pas rendre les voisins jaloux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

While You Were Sleeping

On ne réussit pas forcément une recette avec tous les bons ingrédients, mais, quand on réussit, on ne peut que dévorer le résultat. Je viens...