25 juillet 2020

Et si, ce soir, vous changiez un ou deux persos ?

L'art n'est pas sacré. Il est vivant. Biologique.
Il y a quatre ans, j'écrivais un billet sur ce blog : Avez-vous peur des quotas ?
Je le relis aujourd'hui et mon opinion n'a pas changé. Le plus simple, au moins pour se lancer, ce sont les quotas.
Depuis ce billet/l'été 2016, je n'ai quasi plus écrit et, au moment même où je rédige ce mot, je n'en mène pas large, en attente d'une injection de fer... Ces quatre années écoulées ont été difficiles, pour plein de raisons, et je n'ai donc plus écrit. J'ai aussi peu lu, peu joué...
Je pourrais me lamenter en mode "ma Muse a fui, je ne suis plus une écrivaine", mais je n'ai pas de penchant pour l'auto-flagellation. La vérité, c'est que l'inspiration, c'est comme le désir sexuel : il y a des périodes fastes et des périodes creuses. Quand vous ne bandez plus pour un amoureux parce que vous êtes accablée de souci, vous ne vous dites pas "je ne l'aime plus". Vous attendez que ça passe/de meilleurs moments.
Alors, même si je n'ai quasi plus écrit, j'ai continué à penser/cogiter... à ce que je voulais raconter, comment...
Si mettre plus de femmes ou plus de personnes LGBT+ dans mes textes me semble un exercice facile (pour moi, mais, si si, je t'assure, tu peux le faire aussi !), je continuais à m'interroger sur la diversité ethnique. Et je suis encore partagée.
Je décris peu physiquement mes personnages et cela me convient : c'est à la fois "ce qui me vient", mais c'est ce qui permet également à chaque lecteurice de s'identifier sans se poser de questions. En même temps, si le personnage est soi, il n'est pas un Autre...
Bref, à ce stade de ma réflexion (i.e. expérience personnelle ni statistique ni représentative), j'ai décidé de faire varier les prénoms, de regarder à travers le monde ceux qui me plaisent et d'y piocher allègrement.
-- Ouais, mais, tu vois, quand j'écris mon texte, l'héroïne s'appelle Claire et je la visualise parce que, quand j'étais petit, j'étais très épris d'une Claire et, si je change son prénom, ce ne sera pas elle et je ne pourrais pas mener à bien mon Oeuvre.
-- Alors, mon chéri, tu sais, c'est tout simple : tu écris ton texte, en rêvant à la Claire de ton enfance, et, quand tu as fini, que tu as utilisé toute ta nostalgie dans tes dialogues, ben... Claire et toi, vous devenez Giulio et Medhi. Ils se sont rencontrés sur les bancs de l'école, perdus de vue et...
-- Ah, ben, non, c'est carrément pas la même histoire !!!
-- En quoi ?
J'ai écrit la Princesse et le Roturier pour les 30 ans d'un gars dont j'étais amoureuse. Il était né en novembre et la nouvelle se déroulait un jour où la nuit tombe rapidement. Pour le projet de recueil Nice Parallèles où je souhaitais placer dans mon texte un chapeau qui s'envole, je me suis relue et j'ai systématiquement changé l'hiver en été. Ça peut être des soirées qui s'étirent, une héroïne en short plutôt qu’emmitouflée dans une douce écharpe... L'art n'est pas sacré. C'est le résultat du travail d'un humain qui, suivant les moments de sa vie, peut changer d'idées, d'envies, de discours.
Prétendre que l'art est sacré ou immuable, comme si une production humaine pouvait être plus précieuse que des vies, des sentiments... c'est alimenter l'idée qu'on a le droit d'être de vieux cons ou que les traditions sont forcément bonnes.
Nous changeons, nous devons changer, nous adapter. Déjà pour survivre. Mais également pour être heureux quand nos certitudes s'effondrent et que nos petits prés carrés doivent être partagés.
Alors, dans une période où la muse boit des mojitos sur une plage à l'autre bout du monde pendant qu'on est confiné à se lamenter sur sa faible production, on peut par exemple se dire : tiens, je vais reprendre ce texte et changer un ou deux persos, la saison, le lieu...
Ça vous semble dingue ?
Quand un.e illusteurice décline un même personnage en changeant ses habits, son chapeau... vous pensez qu'iel est dingue ou que c'est un processus naturel ? Ça ne vous choque pas d'acheter la version avec le chapeau de sorcier tandis que votre copine prend la version avec une casquette ;)
Bref... et si, ce soir, vous changiez juste quelques personnages, sans toucher à l'intrigue ni rien ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

It's OK to not be OK

Diffusée depuis dimanche sur Netflix, j'ai fini cette série hier soir, à croire qu'ils avaient guetté ma reprise au taf pour que je ...