25 juin 2020

L’écriture inclusive est difficile pour les dys...

– Alors, en fait, mon chéri, c’est pas l’écriture inclusive qui est difficile quand tu es dyslexique. C’est l’écriture. Tout court.
– Oui, mais on doit faire en sorte que les dys puissent écrire facilement !
– Tu peux demander à Siri d’envoyer tes textos.
– Oui, mais non, les dyslexiques doivent écrire !
– Le gars en fauteuil roulant qui ne peut pas marcher, il doit marcher ou alors on doit développer de bons fauteuils roulants, des rampes d'accès, etc. ?
– C'est pas pareil ! (Non non, bien sûr, si tu ne peux pas marcher, tu ne peux pas, mais si tu ne peux pas écrire, tu dois quand même...) En cas de panne, ton Siri, il ne marche pas !
– C'est sûr que, en cas de panne d'électricité généralisée, de pandémie ou d'invasion zombie, c'est ultra-important de ne pas faire de fautes d'orthographe.

Ce n'est qu'à 40+ que j'ai découvert mes propres handicaps, mais c'est beaucoup plus tôt, en tant que mère, que j'ai expérimenté le handicap.
Ce que j'en ai retenu, c'est que les humain.es prenaient soin les un.es des autres, créaient des outils pour se faciliter mutuellement la vie, toussa toussa...
Et en cas d'attaque zombie ?

Je vis en prenant du Levothyrox, de l'acide folique, du fer...
En cas d'attaque zombie, sans médocs, je m'éteindrais doucement. Ça ne veut pas dire que je doive arrêter les médocs now, quand ils sont dispos, ça veut dire que je sais que, si les temps devenaient durs, je serais dans les premiers départs.
Mais je n'ai aucune raison d'avancer ce départ.

Il n'y a pas de combats ou de causes qui doivent être abandonnées car moins importantes ou moins fondamentales.
Nous avons les ressources humaines pour lutter contre tous les maux, toutes les discriminations, aider tou.tes les malades, tou.tes les handicapé.es...
A nous tou.tes, nous pouvons tout faire.

– Ouais, mais quand même, ce serait mieux de pouvoir écrire...
– Alors, en fait... SPOILER : on meurt tou.tes à la fin, quelque soit la façon dont on vive. On peut forcer quelqu'un.e qui ne peut pas faire quelque chose à le faire quand même... ou on peut juste produire des outils de plus en plus géniaux pour que chacun.e d'entre nous puissent passer son temps à faire ce qu'iel aime, lire ou manger des glaces, se faire bronzer ou jouer au foot... et si on veut se forcer à faire un truc qu'on ne peut pas car on aime le défi, alors, oui, il faut le faire... pour soi, pas pour les autres.

En fait, on peut tou.tes vivre en paix en se faisant du bien, sans se forcer, si on choisit de le faire...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire