03 mars 2020

Mâle, mon héros

Je suis née dans les années 1970. J'ai été amoureuse d'Indiana Jones et d'Han Solo. (De Raistlin, également, et de Sherlock Holmes, mais c'est une autre histoire ;) Je n'ai pas été horrifiée que Jones capture une petite poulette de son fouet. Je voudrais bien vous raconter que, très tôt, j'ai remis en cause le modèle du couple monogame hétérocentré, mais ça n'est pas du tout le cas. C'était le Modèle et même si, confusément, je sentais bien qu'il ne me correspondait pas, à moi, personnellement, ça venait forcément de moi. J'ai aimé les bad boys. En fiction, parce que, irl, faut pas déconner non plus.
Ma première grosse claque narrative, je pense que c'est Buffy contre les vampires. Il y a eu un avant et un après.
Et puis un jour, après des années à se farcir la télévision classique et ses programmations déplorables (épisodes dans le désordre, diffusion tardive...), la bonne qualité des connexions internet a changé tout ça.
Et puis il y a eu Netflix : on peut pester contre les grandes compagnies, mais il y a eu là aussi un avant et un après. J'ai probablement souscrit à l'abonnement pour The Good Place à l'été 2018. Tout de suite, je suis tombée sur Love in the Moonlight et A Korean Odyssey.
Si j'ai trouvé le premier charmant (je n'ai jamais caché mon attrait pour les comédies romantiques), le deuxième a été une nouvelle claque : j'ai pris davantage conscience de mon inculture (non, je ne savais rien de la Pérégrination vers l'Ouest et, oui, j'ignorais que le petit garçon avec une queue de singe dans Dragon Ball était le roi-singe), mais j'ai aussi été littéralement séduite par cette fantasy mythologique et le questionnement sur l'amour. Lui est un dieu qui veut la manger, Elle, mais en est empêché seulement par un objet magique qui l'oblige à tomber amoureux. Que vaut cet amour forcé ?

70 dramas plus tard...
Tandis que, vendredi soir, une académie de vieux mâles blancs sacrait l'un des siens, indifférente à la saine indignation que cela allait déclencher à travers le monde, je binde-watchais Her Private Life. Le genre de comédies romantiques sur lesquelles je n'aurais pas fait un billet. Parce que c'est mignon, mais ça me fait plaisir à moi, je n'ai rien à en dire particulièrement.
Sur les réseaux sociaux, on parlait de ces prédateurs dont le visage monstrueux ne nous saute aux yeux que désormais, après #MeToo, et, de l'autre, j'avançais dans une série tendre où le héros... hé bien... est juste... un homme ? Pas un prédateur, un homme.

Pause
Je n'ai remis en question le Modèle que très récemment.
#MeToo a été une révélation pour moi car, comme la majorité d'entre nous, j'avais considéré normaux des comportements qui ne l'étaient carrément pas. Et, comme pas mal d'entre nous, j'ai lu la mauvaise foi au fil des commentaires imbéciles : comment peut-on séduire si on n'a plus le droit de contraindre l'autre ?
Les baisers volés ? J'avais toujours eu en tête les paroles d'Alain Souchon.
Et puis, y'a pas longtemps, parce qu'un garçon me plaisait vraiment beaucoup, des (plusieurs) copines (bien intentionnées) m'ont demandé pourquoi je ne lui volais pas un baiser, justement. Pourquoi je ne lui offrais pas un verre ou deux, m'habillant "légèrement"...
Pourquoi ?
Parce que, du coup, pour établir la confiance avec ledit gars, je le sentais super moyen.
"J'ai envie de t'embrasser ; est-ce que c'est réciproque ? Et, même si c'est réciproque, mais que tu ne peux pas, pour des raisons qui t'appartiennent, ben, ça s'arrête là."

70 dramas plus tard...
Je ne parle pas de société. Je ne connais pas (vraiment) la société coréenne et je me doute qu'elle n'est pas forcément tellement plus tendre que la nôtre envers les femmes.
Je parle de fictions. De narrations.
Parce que nos modèles commencent avec les fictions.
Je ne sais pas combien j'ai pu regarder de films et de séries depuis ma naissance, lire de livres... mais je fais le pari que la majorité était française ou américaine.

70 dramas coréens plus tard...
Alors, oui, Lui est très riche. Le syndrome de Cendrillon ? Je ne trouve pas. En général, Elle est méritante, intelligente, cultivée malgré le coût des études.
Lui pleure, facilement, souvent. Il est beau et érotisé, mais il n'est pas un objet sexuel.
Il ne l'embrasse pas de force. Il lui demande sa permission, il attend.
Même s'il a très très envie d'Elle car ils sont très très amoureux, il s'assure qu'Elle sait bien ce qu'ils vont faire, qu'Elle est pleinement d'accord.
Comment peut-on séduire si on n'a plus le droit de contraindre l'autre ?
Alors j'ai un secret pour vous : la question est totalement autre.
Comment se fait-il que les modèles occidentaux ne soient plus séduisants du tout après quelques dramas ?


A l'est, Her Private Life.
C'est une "simple" comédie romantique.
Elle travaille dans une galerie d'art, Il devient son chef et ils tombent amoureux et... Le genre de comédie que j'apprécie, mais dont je me doute que ça n'intéresse pas grand monde ici ;)
Sauf que le héros est l'anti-prédateur et que ça fonctionne super bien.
Elle a un secret : sur son temps libre, elle est la fan la plus investie d'une idole qu'elle suit partout, prend en photo... ce qu'elle ne veut surtout pas qu'on découvre, de crainte de casser son image "lisse" de conservatrice.
Lui, sur un malentendu, pense que son secret est qu'elle est lesbienne (en couple avec sa meilleure amie) et il va donc protéger cette vie privée qu'il pense menacée.
Bien sûr, ce malentendu est un prétexte pour démarrer leur histoire de façon humoristique, mais, en fait, au delà du malentendu cocasse, le traitement en est très tendre : pas un instant, tant qu'il la croit lesbienne, il ne la voit en tant que femme et il veut s'assurer de protéger son employée comme minorité menacée par une société conservatrice. Et, quand il découvre qu'elle est hétéro, ils ne se sautent pas dessus.

– Ben, quoi, c'est normal, non ?
– Oui, c'est normal. Mais cette normalité est agréable. Cet homme est complètement un anti-prédateur et c'est juste incroyablement romantique.
– Ouais, ben, moi, je trouve ça juste normal.
– Tu as raison. Mais j'aime les comédies romantiques tendres bourrées de consentements.

A l'ouest, Cinquante Nuances de Grey.
Bon, oui, je sais, je n'ai ni lu le livre ni lu le film. Sorry.
Je suis pleine de préjugés.
De préjugés qui me disent que ça ne parle pas de respect et de consentement.

La Matrice
Quand on a ouvert les yeux, on ne peut plus revenir en arrière.
Je suis de celles qui, longtemps, n'ont pas vu ce qui clochait. Parce qu'il y avait un Modèle et c'était comme ça. Et même s'il n'était pas le mien, c'était celui qui était. Je devais me protéger, moi, perso, mais je n'avais aucune idée du Système. Aucune idée que les fictions peuvent le nourrir ou le rendre obsolète.
Aucune idée que, un jour, je ne pourrais plus du tout mettre les mêmes idées derrière "comédie romantique".
Est-ce tout simplement pour cela que la pop-culture coréenne séduit autant les jeunes femmes ? En tout cas, si certains vieux mâles occidentaux ne voient pas comment on peut draguer, elles, elles le visualisent très très bien !

Aujourd'hui, je ne renie pas Indiana Jones, je l'ai aimé. Mais j'aurais probablement un petit sourire gêné face à lui et je déclinerais poliment son invitation à dîner.
Et, ça, je ne l'avais vraiment pas vu venir.
Ceux qui n'évoluent pas disparaissent. La masculinité va changer. Elle sera respectueuse et tendre et ceux qui rateront le virage se mangeront un mur.

Rendez-vous dans quelques années :)
Pour ma part, je ne sais vraiment pas comment j'écrirai l'amour demain, mais je sais que plus rien ne sera jamais comment avant...
/musique de fin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire