24 février 2020

Pourquoi publies-tu des livres ?

Commençons, comme il se doit, par un petit résumé des épisodes précédents :
Dans les milieux du livre (bande dessinée incluse), on apprend que le marché est en surproduction et que les auteurs sont les grands perdants.
Récemment, quelqu'un.e me faisait remarquer que, plus jeune, il y avait peu de livres de fantasy et qu'elle pouvait suivre plus ou moins la production, mais que, désormais, quand il flânait dans une librairie, elle ne savait que choisir entre les centaines de versions d'une même quête, du même assassin sombre qui..., du...
Je pose toute suite un bémol : liberté, choix, c'est cool. Si l'on a vraiment le choix, i.e. accès de la même façon à tout. Et on sait bien que ça n'est pas le cas : nos choix vont être contraints par les campagnes de com' et le placement en librairies.

Je suis écrivaine. C'est une donnée comme ma taille, mon poids, la couleur de mes cheveux.
J'ai mis longtemps à réaliser pourquoi ça me définissait, mais ça me modèle énormément : que j'écrive un billet de blog ou un statut sur un réseau social, je me relis mille fois en me demandant si ce sont les bons mots. Que je raconte la moindre histoire à un pote croisé dans la rue et je me demande s'il peut comprendre, si j'ai situé les personnages, si l'anecdote est assez intéressante. Je décortique les films, les séries, les gens dans la rue (hein ? what ???).
Bref, j'aime écrire, j'aime la narration. Je dévore les histoires car c'est ce que je préfère (hormis le chocolat, disons).

Nous voici au cœur de la question. J'ai bien conscience que je suis candide, que je dois avoir oublié des milliers de paramètres, mais... pourquoi mes amis, mes collègues écrivain.es continuent-il/elles ?
Je ne parle pas d'écrire, hein, mais de proposer leurs écrits aux éditeurs.
Il me semble que se faire éditer a du sens si, tout à la fois (ou au moins l'un des deux), on en retire un revenu et on se fait connaître (on écrit pour raconter une histoire aux autres).
Je mets volontairement de côté les faux écrivains, vrais enfoirés, qui sont publiés alors qu'ils n'intéressent personne parce qu'ils font partie d'un milieu qui s'auto-entretient.
La/le vrai.e écrivain.e. Pas non plus celle qui est si connue qu'elle se retrouve dans les meilleures ventes.
Non, celui qui a une bonne histoire, un style assuré, mais dont le roman restera seulement quelques jours en rayon parce que la surproduction presse derrière.

Parce que, sur un coup de chance, le livre pourrait se dégager du lot ?
Qui mise sur la chance ?

Parce qu'il n'y a pas d'autres solutions ?

Je suis très embarrassée parce que je ne comprends pas.
Sans les auteur.es, graphistes... il n'y a pas de livres, non ?
Sans artiste, au mieux, l'éditeur ne peut qu'embaucher des pigistes pour une commande. Soit ce produit satisfait le lectorat et, tant pis, c'est la loi du marché. Soit le lectorat n'est pas dupe et il retournera vers les artistes, où qu'ils se trouvent... non ?

Alors, oui, cela demande beaucoup de courage, de solidarité.
Parce que, pour que ça fonctionne, il faudra de la patience (en années, pas en mois), il faudra des visionnaires (parce qu'il n'est pas toujours aisé d'inventer de nouvelles solutions), il faudra de l'entraide, des écrivain.es un peu connu.es qui s'affichent aux côtés des talents émergents.
Mais n'est-ce pas plus réconfortant de tenter une aventure qui peut avoir une issue favorable plutôt que de suivre un chemin tout tracé qui ne conduit qu'à l'échec ?

-- Ouais, mais, là, en gros, tu condamnes des tonnes de métiers, quoi : imprimeurs, libraires, éditeurs... ?
-- Alors pas forcément et, si oui, quelle importance ?
Tous les métiers évoluent, c'est comme ça. Maintenir des emplois, c'est veiller à construire une société où chacun.e puisse évoluer professionnellement, pas entretenir des métiers qui ne servent à rien.
Et où est-il écrit que les artistes devraient se sacrifier pour entretenir une chaîne du livre qui ne fonctionne pas ? Parce que je n'ai lu nulle part qu'elle fonctionnait.
J'ai lu des articles sur des auteurs qui ne s'en sortaient pas, mais également sur des éditeurs et des libraires.

En 2000, j'avais une petite maison d'édition, Oxalis éditions. Parce que j'adore fabriquer des livres. Sérieux, c'est vraiment agréable. J'ai découvert la chaîne du livre, les retours des libraires...
Je me suis posée et je me suis dit : "Putain, Sybille, ce n'est juste pas viable du tout, ça n'a pas de sens !"
C'était il y a 20 ans. Depuis, je n'ai rien vu qui laisse penser que cette économie soit devenue sensée, hormis pour quelques grosses boîtes élues. Je vois surtout des éditeurs qui ferment.
Quand on a lancé les Vagabonds du Rêve, on a volontairement choisi la forme associative : aucun employé, aucun local, aucune charge fixe. Les artistes sont rémunérés en droit d'auteur, donc sur les ventes. Et la littérature n'est vendue que sur la boutique en ligne. Le jeu de rôle est distribué en magasins spécialisés parce que, dans le jeu de rôle, ce sont des ventes fermes.
-- OK, ça, c'est en tant qu'éditrice, mais en tant qu'écrivaine ?
-- Ben, déjà, la nature m'a fait partir avec un gros handicap : je suis nouvelliste.
Forcément (on doit être nombreux dans ce cas), je suis passée par plein d'étapes, genre "et si j'écrivais un roman ?" ou "quelqu'un va bien finir par remarquer mes nouvelles !"
Ecrire un roman ? Pas forcément une oeuvre à laquelle je tienne, non, un produit simple, formaté, un exercice relativement facile quand on peut aligner plus de 5.000 signes/heure. En quatre mois, tu as un premier jet. Mettons que tu t'accordes le même temps de relecture. En moins d'un an... et puis ? Tu ajoutes un titre de plus dans une surproduction qui te noie toi-même en tant que lectrice ? Ça te fait vraiment vibrer ?
En tant qu'écrivaine, pour l'instant, je pense qu'il n'y a rien d'attirant dans la chaîne du livre. Je vais continuer à poser des questions candides, continuer à suivre l'actualité, continuer à observer.
-- Mais tu n'écris plus ? Tu ne vas plus proposer d'histoires aux gens ?
-- Ben, si, il y a ce blog.
-- Personne ne le lit !
-- Et ? Quelle différence avec un livre posé quelques jours en librairie et que personne ne verra ?

PS : Je ne lis l'article qu'aujourd'hui, mais il date du 6. Samantha Bailly répond à ActuaLitté.
L'idée est de faire évoluer le milieu. Je pose ça là car c'est intéressant et je soutiens clairement la démarche en lui souhaitant le meilleur. Juste que, entre l'intervention de l'Etat pour remettre toute la chaîne du livre d'aplomb et la recherche de voies alternatives, perso, je me reconnais plus dans la voie d'à côté. Mais c'est sans doute que je suis accro au changement ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

It's OK to not be OK

Diffusée depuis dimanche sur Netflix, j'ai fini cette série hier soir, à croire qu'ils avaient guetté ma reprise au taf pour que je ...